• Zhōngyuán jié

     

    Zhōngyuán jié ou Fête des Fantômes

     

    中元节 / 中元節

     

    Le 5 septembre, les chinois célébraient la Fête des fantômes (中元节 / 中元節 - zhōngyuán jié), un évènement ayant lieu chaque année le 15e jour du 7e mois lunaire (ce calendrier étant basé sur les cycles lunaires, les dates varient d’années en années).

     

    Ce 7e mois lunaire, appelé Mois des Fantômes, est considéré comme à risques.

    Pourquoi me direz-vous ?

    Eh bien, on dit que c’est durant ce mois que la porte des Enfers s’ouvre et libère sur Terre les âmes perdues et les fantômes solitaires.

     

    Ces derniers, délaissés par leurs descendants ne leur rendant plus hommage, décédés de mort violente, dont le corps n’a pas été retrouvé, ou cherchant simplement à assouvir leur vengeance, n’ont pu trouver le repos éternel et refont donc surface pour se mêler aux mortels pendant les 30 jours de ce mois lunaire.

     

    Les vivants préfèrent alors éviter tout comportement à risques, toute activité dangereuse et tout grand changement (mariages, déménagement…) par précaution. Il est aussi de tradition pendant le mois des Fantômes d’offrir aux esprits des repas réconfortants et de s’acquitter de rites et cérémonies pour les délivrer.

     

    中元节 / 中元節

     

    Ils dressent ainsi devant leur porte des autels sur lesquels ils disposent des offrandes de nourriture, de l’encens et des lanternes afin de les guider dans l’obscurité.

     

    Cette tradition tire son origine du bouddhisme, et de la fête Ullambana, et ressemble beaucoup à la fête d’Obon au Japon dont j’ai eu l’occasion de vous parler.