• Nanakusa no Sekku

     

    Nanakusa no Sekku

     

    七草の節句

     

    Décortiquons le nom pour comprendre de quoi il s’agit >o<

    Vous connaissez déjà « Nana » ( ) qui signifie… (Allez un petit effort, remontez dans vos souvenirs de petit cours de japonais de l’an dernier ! Toujours pas ?.... Et si je vous dis qu’il s’agit d’un chiffre ?) « sept » !

    « Kusa » (草) signifie quant à lui « herbe » et enfin « sekku » (節句) se réfère au « festival saisonnier ». Ce qui donne donc Festival/Fête des Sept Herbes ! Tadam !!

     

    七草の節句 

    Bien, après cet intermède de vocabulaire, revenons-en à nos moutons. La Fête des Sept Herbes, qui se tient le 7 janvier de chaque année, tire son origine d’une ancienne tradition chinoise, et a été intégrée au calendrier japonais depuis plus de 1000 ans.

    Rien de très sorcier pour cette célébration, et après un peu (beaucoup) de recherches dans toutes les épiceries de par chez vous, vous pourriez même faire votre propre Nanakusa no Sakku.

     

    七草の節句

     

    La tradition veut tout simplement qu’en ce jour, les japonais mangent le Nanakusa Gayu, un porridge de riz parfumés avec 7 herbes sauvages (de saison) que voici (à noter qu’il peut y avoir des variations selon les régions mais que ce sont traditionnellement de ces plantes qu’il s’agit) :

     

    Nanakusa no Sekku

     

    Pourquoi me direz-vous ?

    Eh bien, comme beaucoup de traditions au pays du Soleil Levant, cette coutume est censée apporter santé et longévité à ceux qui la respectent. En fait, ces premières herbes du printemps (bien que le mois de janvier soit en hiver), étaient précieuses à l’époque de l’apparition de cet évènement, car les légumes verts et les herbes étaient très rares en cette saison, et constituaient donc un petit plus pour égayer les plats d’hiver.

    Les japonais croient également fermement que les premiers légumes et premières herbes de la saison ont un bénéfice plus important sur la santé et vous n’êtes pas non plus sans savoir que la cuisine et la médecine japonaises ne sont pas avares d’herbes dans leurs préparations.

     

    Le matin du 7 janvier, ou la veille au soir, il est de mise de placer les sept herbes, le bol, la spatule à riz, le mortier (et toute autre ustensile qui sera utilisé pour la préparation du porridge) sur la planche à découper, et d’hacher ou ciseler les herbes, en faisant face à l’ehô (恵方) de l’année, tout en chantant « Avant que les oiseaux du continent ne s’envolent vers le Japon, faisons le Nanakusa ».

     

    七草の節句

     

    L’ehô est la direction porte-bonheur, soit la direction où Toshitôkujin, la déesse nippone de la chance, restera toute l’année (et qui varie chaque année), et, qui si on lui fait donc face en accomplissant certaines coutumes, apportera encore plus de chance dans l’année.

     

    On se base sur le dernier chiffre de l’année pour savoir quelle est la direction chance, selon le tableau suivant :

     Dernier chiffre de l'année  Angle de direction Ehô 
     0 ou 5  255°  ouest-sud-ouest
     1, 3, 6 ou 8  265°  sud-sud-est
     2 ou 7  345°  nord-nord-ouest
     4 ou 9  75°  est-nord-est

     

    Et pour terminer en beauté je vous mets ci-dessous la recette du fameux Nanakusa Gayu ^o^

     

    Nanakusa no Sekku