• Aoi Matsuri

     

    Aoi Matsuri

     

    Aoi Matsuri

     

    Le Aoi Matsuri (ou Festival des Roses Trémières), est aussi appelé Kamo Matsuri.

     

    Aoi Matsuri

     

    Ce festival annuel, l’un des trois plus importants de la ville de Kyôto, avec le Gion et le Jidai Matsuri, dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler, se déroule le 15 mai.

     

    Il remonterait au VIIe siècle (les origines précises ne sont pas certaines), lorsque suite à plusieurs catastrophes, épidémies et mauvaises récoltes, l’Empereur d’alors décida afin d’apaiser le kami Kamo dont la colère était supposément à l’origine de tous ces malheurs. Il fut ainsi décidé de lui offrir une offrande afin d’apaiser son courroux, et cela ayant apparemment porté ses fruits, ce rituel est encore respecté aujourd’hui.

     

    Aoi Matsuri

     

    Ce jour-là, 500 personnes parées de magnifiques costumes anciens, majoritairement des costumes de l’ère Heian (794-1185), et maquillées de manière traditionnelle, défilent en une longue procession dans la ville deKyôto depuis le Palais Impérial jusqu’aux sanctuaires Kamo (le Shimogamo et le Kamigamo). Des roses trémières (aoi), ornent leurs costumes mais aussi les vaches et chevaux tractant les chars.

     

    Aoi Matsuri

     

    Dans cette procession, plusieurs « personnages » importantes dénotent :

    •         Un messager à cheval, sabre en or à la ceinture, suivi par des servants sur des gosho-gurumu, des chars tirés par des bœufs, des vaches ou des chevaux.

     

    Aoi Matsuri

      

    • Mais surtout une Saiô, suivi par un cortège de femme.

    A l’origine, une Saiô était, entre le VII et le XIVe siècle, une jeune femme célibataire, membre de la famille impériale, envoyée pour servir aux sanctuaires d’Ise (le plus important et le plus sacré des sanctuaire shinto du Japon) et qui officiait également pour l’Aoi Matsuri.

      

    Aoi Matsuri

     

    De nos jours, la tradition de la Saiô n’existant plus à la Cour, on sélectionne avec soin parmi les célibataires de la ville, une jeune femme pour jouer ce rôle. Après avoir observé un rituel de purification, elle revêt alors, à cette occasion, le costume officiel de la Cour Impériale : 12 kimonos superposés (ce qui représente quand même un poids de 30 kilos !!), et défile dans un palanquin.

     

    Aoi Matsuri

     

    Des démonstrations de Yabusame ont également lieux. Le Yabusame est un rituel religieux donné pour honorer les dieux  et au cours duquel des archers lancés au grand galop sur une piste de 225 mètres de long tirent sur trois cibles de bois sous les yeux des spectateurs. Ce moment est très impressionnant car les archers doivent faire preuve d’une concentration extrême et d’une grande maîtrise technique afin de bander l’arc, viser et tirer le tout alors qu’ils sont montés sur un cheval au galop.

     

    Aoi Matsuri