• 竹ン芸

    竹ン芸

     

    Salut les suminautes,

     

    Je dois avouer qu’en entendant parler de ce festival pour la première fois, j’ai d’abord cru à une blague. C’est tellement improbable ! Mais après avoir vérifié auprès de différentes sources sûres, ce festival s’est révélé être bien réel, à ma grande surprise. Encore un évènement qui démontre toute l’excentricité du peuple nippon, qui n’en finira jamais de m’étonner !

     

    Mais de quoi je vous cause ? Eh bien, du Takengei (竹ン芸).

    Le Takengei est un matsuri d’Aki (ou festival d’automne) qui prend place les 14 et 15 octobre au sanctuaire Wakamiya Inari de Nagasaki, sur l’île de Kyushu, et qui fait même partie du Patrimoine culturel immatériel nippon depuis 2003.

     

    竹ン芸

     

    Mais en quoi consiste t-il ?

    A vrai dire, il s’agit surtout d’une performance acrobatique assez semblable à celle du Kagatobi Dezomeshiki (dont j’ai eu l’occasion de vous parlé précédemment ici).

     

    Même s’il ne s’agit pas ici de pompiers mais deux acrobates déguisés en renard, et tout de blanc vêtus, qui gravissent deux perches en bambou de 10 mètres de haut, l’une est appelée bamboo mâle (男竹) , et l’autre bamboo femelle (女竹), érigées dans le sanctuaire.

     竹ン芸

     

    Les deux renards, mâle et femelle, incarne les esprits des divinités du sanctuaire appréciant les festivités depuis une forêt de bamboo.

     

    竹ン芸

    Ces équilibristes accomplissent des prouesses aériennes au son de musiques folkloriques nippones, de tambours, shamisen et flûtes.

     

    竹ン芸

     

    竹ン芸

     

    Une fois au sommet des mâts et la performance terminée, ces derniers lancent des mochi à la foule qui se presse pour les attraper.

     

    竹ン芸

     

    Puis l’un d’entre eux, sort littéralement de sa besace ou de sa poche une poule vivante qu’il libère alors.

     

    竹ン芸

     

    竹ン芸

     

    Pour conclure, les deux funambules se laissent glisser le long des mâts dans une impressionnante dernière cascade.

     

    竹ン芸

     

    竹ン芸

     

    Cette tradition quelque peu étonnante n’a rien de contemporain puisqu’elle remonte tout de même au début du XIXe siècle, où elle était alors pratiquée au sanctuaire Suwa avant d’être déplacée au Wakamiya Inari en 1896.

     

    Alors ? Sans voix, hein ? Il faut dire que c’est assez atypique et original ^o^

    Bon, sur ce passons aux choses sérieuses et aux sorties du jour,

     

    Bonne lecture…

     


    Et la tête, et la tête....

     

           Chapitre 7

     

     

          Chapitre 34

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :